Comprendre le cinéma : Le Cadrage

by Edgar on 19 avril 2018
Dans cette première partie sur l’analyse du cinéma, nous nous intéresserons au cadrage. Règle des tiers, plongée, contre-plongée, composition… Que veulent dire ces termes techniques ? Que représentent-ils au cinéma ? Voyons comment ces différents procédés sont utilisés.
Après avoir lu cet article, vous verrez cette image autrement.

Après avoir lu cet article, vous verrez cette image autrement.

Pensez à un film. N’importe lequel. Il y a de grandes chances que vous ayez maintenant en tête une image marquante tirée de ce film pour vous représenter l’histoire. Que ce soit la scène de Jack et Rose à l’avant du Titanic ou Vincent et Jules qui brandissent leurs armes dans Pulp Fiction, ce qui rend un film iconique c’est en partie l’attention portée au cadrage. Après l’introduction à l’analyse du cinéma, nous allons donc nous pencher sur la composition des images dans les films.

Tout commence par la règle des tiers. La première mention de cette règle date de la fin du 18ème siècle, et pourtant, elle est toujours utilisée aujourd’hui ! Elle régit les arts de la peinture, la photographie, ainsi que, évidemment, le cinéma. La règle des tiers sert à mettre le sujet en valeur : on pourrait croire que le meilleur moyen de faire est de mettre le sujet au centre de l’image, mais ce n’est pas le cas. L’image est en fait découpée en 9 parties, par 2 lignes verticales et 2 lignes horizontales (qui la découpent en tiers). Les intersections de ces lignes sont des « points forts », où les yeux du sujet se placent habituellement. Pour les paysages, on utilise les 3 bandes horizontales : 1/3 de ciel et 2/3 de « terre » ou inversement.

La règle des tiers sert à casser la symétrie et rendre l’image plus intéressante pour l’œil. Cependant, elle n’est pas obligatoire ; cela dépendra de la composition de votre image.

Exemple de mise en pratique de la règle des tiers dans la photographie

Exemple de mise en pratique de la règle des tiers dans la photographie

La composition est un terme assez vaste, utilisé pour parler de ce qui constitue l’image. Nous nous limiterons pour l’instant à la composition des plans fixes.

Un plan fixe peut contenir beaucoup de sujets différents. Un paysage, un ou plusieurs personnage(s) fixe(s) ou en mouvement, des bâtiments, des animaux, etc. L’image peut être composée d’un ou plusieurs de ces sujets, et il est important de réfléchir à comment les agencer afin de leur donner un sens. Si un personnage est seul, perdu et sans espoir, il sera probablement placé au centre du cadre, dos ou face à la caméra, entouré de ce qui représente la source de son problème.

Pour ce qui est des personnages en mouvement, il faut savoir que le mouvement vers la droite représente l’avenir, la vie, l’espoir, tandis que la gauche représente souvent le passé, la mort ou tout autre danger. Il est relativement simple de remarquer ceci dans des films plus anciens comme ceux de l’expressionisme allemand, mouvement réputé pour sa tendance à donner du sens aux images (films de Fritz Lang notamment). Cela fonctionne pour le déplacement et pour la direction du regard des personnages.

Le symbolisme du regard vers la gauche dans « M le Maudit » de Fritz Lang

Le symbolisme du regard vers la gauche dans « M le Maudit » de Fritz Lang

Pour finir, parlons des inclinaisons de caméra. Il n’y en a pas énormément. Elle peut être penchée vers le bas (plongée), vers le haut (contre-plongée) ou sur le côté (plan débullé).

Ces trois types d’inclinaison sont très utiles pour mieux identifier les personnages. La plongée donne l’impression de regarder le personnage de haut. Elle sert à exprimer l’intimidation ressentie par ce personnage. La contre-plongée fait l’inverse. Elle place le ou les personnage(s) comme supérieur(s). Pour ce qui est du plan débullé, il sert le plus souvent à montrer le malaise ou la folie de celui qui est filmé. De plus, il rend le spectateur mal-à-l’aise (consciemment ou non) par rapport à ce qu’il voit car la ligne d’horizon n’est pas comme elle devrait l’être (horizontale).

Exemple de contre-plongée dans « Citizen Kane » d’Orson Welles

Exemple de contre-plongée dans « Citizen Kane » d’Orson Welles

Le cadrage des plans au cinéma sert donc énormément à l’analyse de films. Une seule image peut raconter toute l’histoire d’un personnage si elle est suffisamment travaillée. Mais tout cela est encore plus intéressant lorsque le cadrage est combiné aux mouvements de caméras, que nous verrons prochainement.

Lors d’une scène importante d’un film, essayez de regarder comment l’image est composée ; cela pourrait bien vous permettre de deviner la suite !

Votre réaction !
0%
0%
0%
0%
0%
0%
Derniers Titres