Pénurie métier informatique : informaticien, consultant, développeur, technicien
Pénurie métier informatique : informaticien, consultant, développeur, technicien

Emploi : Pénurie des professionnels de l’informatique

La crise sanitaire de la COVID-19 qui secoue le monde entier depuis le premier trimestre de l’an 2020 n’est pas restée sans conséquence sur l’économie mondiale. Des mesures ont été prises pour limiter les risques de contamination parmi lesquels les gestes barrières et le confinement.

Tous les secteurs d’activités sont touchés par cette crise puisque les activités tournent au ralenti. Cela a en outre favorisé le développement de nouvelles formes d’activités, en l’occurrence dans le secteur informatique. Voici ce qu’il faut en savoir.

Pénurie des métiers de l’informatique : est-ce possible ?

Des études récentes ont démontré qu’il y a dans le secteur de l’informatique, 25 % moins d’offres que de demandes. L’avènement des nouveaux métiers du web renforce la demande de compétences dans le secteur. Mieux, la pandémie de coronavirus avec les mesures de distanciation, a développé de façon exponentielle ces métiers.

Dans plusieurs secteurs d’activités, l’internet est plus utilisé que jadis. Informaticiens, consultants, développeurs, techniciens sont davantage sollicités. En clair, il n’y a pas de pénurie à craindre en ce qui concerne les métiers de l’informatique. Mieux, la crise sanitaire est un accélérateur dans les technologies de l’information.

Des candidats à moindre coût sur toute l’Europe

La demande dans le secteur de l’informatique est assez forte certes, cependant les entreprises ne se basent pas sur ces besoins pour recruter n’importe qui. Si pénurie l’on doit l’évoquer dans ce secteur, cela ne peut être qu’en rapport avec la compétence.

Il est vrai que les sociétés proposent des salaires faramineux pour leur secteur informatique, mais elles n’envisagent pas revoir à la baisse leurs exigences en termes de compétences.

C’est pour ainsi dire que des candidats à l’emploi sont disponibles en France et même, dans toute l’Europe à moindre coût. Cependant, les bonnes compétences dans le secteur informatique sont plutôt rares. Avec le développement des nouvelles méthodes de sourcing (dont la publicité programmatique), le volume des candidatures s’est augmenté.

Les profils sont soumis à des tests techniques, des tests logiques et des tests de culture générale sur l’univers informatique. Pour aspirer à un emploi dans un tel contexte, il ne suffit donc plus de se faire former, mais d’être parmi les meilleurs profils du marché.

Externalisation des travaux de développement informatique à Madagascar

Pour combler leurs besoins de compétences informatiques, les enseignes optent pour l’externalisation de leurs travaux. Il est question de confier l’exécution des tâches d’envergure à un prestataire externe à l’entreprise. De façon spécifique, plusieurs entreprises se tournent vers Madagascar pour ce besoin.

Externalisation des tâches publi-rédactionnel avec des rédacteurs en Afrique

Madagascar et plusieurs autres pays d’Afrique sont sollicités pour des tâches dans le secteur informatique. Il s’agit notamment des travaux de publication de contenus et de rédaction web. Cela permet à l’entreprise de renforcer son équipe de travail sans soumettre le prestataire aux exigences strictes de la firme. Les rédacteurs recrutés en Afrique sont payés au nombre de mots rédigés.

Les entreprises se numérisent avec les aides de l’État, Cheque France NUM

Pour accompagner la numérisation des entreprises, l’État met à la disposition des enseignes, plusieurs aides. On retient en place de choix, l’initiative France Num. En réponse aux besoins des TPE/PME, cet accompagnement de l’État augmente l’utilisation du numérique et contribue de ce fait au développement économique de l’enseigne.

Le Cheque France Num permet donc de fidéliser ses clients, de gagner du temps, d’accroître sa visibilité et surtout, de vendre à distance. Selon le type de l’entreprise, plusieurs dispositifs sont proposés avec des objectifs bien définis.

Pour finir, la COVID-19 a ralenti plusieurs secteurs d’activités, mais les métiers de l’informatique s’en sont trouvés plus développés. Les entreprises restent toutefois, très exigeantes en termes de compétences à recruter.

 

Boris Rabilaud