Lorsqu’on travaille à domicile, bien s’organiser est indispensable pour atteindre nos objectifs, qu’ils soient professionnels ou personnels.

Sans cadre, avancer efficacement depuis chez soi est très difficile, que l’on soit freelance ou entrepreneur.

Heureusement, il existe de nombreuses méthodes d’organisation qui permettent de fournir ce cadre pour être efficace et productif sur le long terme.

Time blocking, GTD, ZTD, PARA…

En réalité, il y a même trop de méthodes.

Choisir une bonne méthode d’organisation et si tenir et compliqué, car nous avons toujours tendance à vouloir trouver la meilleure…
La méthode miracle qui nous fera avancer facilement, rapidement et sans difficultés.

Malheureusement, cette méthode n’existe pas.
Cependant, il est possible d’apprendre les bases de l’organisation afin de pouvoir mieux comprendre et mieux choisir une technique nous correspondant.
Dans cet article, je vous apprendrai les bases de l’organisation et de la gestion de la volonté afin que vous puissiez vous organiser vous-même, sans avoir besoin de méthode spécifique.

 

« Avalez le crapaud », pour gérer sa volonté

Dans son livre « Avalez le crapaud », Hal Erold nous explique que la volonté est comme un muscle. Il s’épuise au fur et à mesure que nous l’utilisons aux cours de la journée.
De ce fait, organiser sa journée devrait se faire, d’abord et avant tout, autour de la gestion de notre volonté.

Il faut donc commencer nos journées par la tâche la plus difficile et la moins attrayante afin d’avoir assez de volonté pour s’y mettre et ne pas la procrastiner.
Ensuite, nous pourrons nous consacrer aux tâches moins difficiles.

Cette méthode à deux avantages intéressants.
Le premier est donc la gestion de la volonté.
Le second est qu’elle permet d’éviter l’appréhension liée à la tâche inachevée.

Hal Erold nous explique cela via une métaphore, imaginez que votre tâche la plus difficile de la journée est un gros crapaud, sur votre bureau, vous fixant du regard et coassant à intervalles plus ou moins régulier.

Ce crapaud, vous savez que vous devrez le manger après avoir terminé votre tâche en cours, mais vous n’avez vraiment pas envie.

Cela générera deux problèmes majeurs :

  1. Vous aurez du mal à rester concentré sur votre tâche sans penser à ce qui viendra après.
  2. Vous n’aurez pas envie de terminer votre tâche en cours et allez retarder son accomplissement (inconsciemment).

C’est pour ces raisons qu’il faut impérativement commencer votre journée par la tâche la plus difficile et la moins attrayante.

Si c’est trop dur de vous y mettre, Hal Erold préconise de « découper le crapaud en tranche » avant de l’avaler. En d’autres mots, découper votre travail en session de 25 minutes par exemple.

 

Le deep work pour être plus efficace et concentré

Le deep work est une méthode de travail qui fut popularisé par Cal Newport dans son livre sobrement intitulé : « Deep work ».

Le deep work ou travail en profondeur est un livre qui catégorise les tâches en deux catégories :

  1. Le travail superficiel (light work)
  2. Le travail en profondeur (deep work)

Les premières peuvent être effectuées sans être très concentré.
Il s’agit de la gestion d’email, de la lecture de courrier, de tri de papier, etc.
Le travail superficiel, par essence, est à faible valeur ajoutée.

À l’inverse, le travail en profondeur lui demande beaucoup de concentration.

Lecture rapide, écriture d’article, design, programmation, etc.
Il est générateur de beaucoup de valeur.

Le deep work n’est pas seulement une catégorie de tâche, c’est aussi une manière de travailler qui nous permettra d’entrer dans le flow (état de concentration extrême) si elle est bien effectuée.

Pour travailler en deep work il faut :

  • Un endroit calme et rangé
  • Une tâche unique à haute valeur ajoutée
  • Un minuteur
  • Une bouteille d’eau

Le minuteur peut être réglé sur 25 ou 45 minutes en fonction du type de deep work que vous voulez effectuer.

Travailler sur votre tâche unique pendant le temps que vous vous êtes impartie, ensuite prenez une courte pause de 5 à 15 minutes, puis recommencez.

Pour être efficace dans votre travail en profondeur, je vous invite à mettre votre téléphone en mode avion.

De plus, si votre travail demande d’effectuer des recherches, il est préférable de les faire avant, sinon vous ne pourrez pas être totalement concentré sur votre tâche en cours.

Cal Newport nous invite à ne travailler qu’en deep work si possible et de déléguer voir ignorer le travail superficiel.
Si ce n’est pas possible, le laisser pour la fin de journée.

Travailler en deep work à de nombreux avantages :

  • Améliorer sa concentration
  • Travailler plus efficacement
  • Mieux gérer son temps de travail

Je vous invite donc à planifier vos journées avec des sessions de deep work afin d’être plus efficace et organisé.

 

Time blocking pour éviter le multitâche

Je vais terminer cet article par une méthode d’organisation relativement connue qui s’appelle le Time Blocking.

Le concept est très simple.

Il s’agit de découper sa journée en bloc de 2 à 4 heures, et de consacrer ces blocs à un seul et unique travail.
Cette méthode permet d’éviter le multitasking et est particulièrement compatible avec le deep work.

Il a été prouvé scientifiquement que le multitâche est un fléau pour la concentration et a un impact négatif sur le quotient intellectuel.
L’éviter est donc primordial.

Le time blocking est donc tout désigné pour cela.
En combinant la méthode Pomodoro (25 minutes de travail, 5 minutes de pause, le tout répété 4 fois) avec des blocs de 2 heures, vous deviendrez beaucoup plus efficace.

Voilà les 3 méthodes que j’utilise pour être toujours organisé et efficace durant mes journées de travail.
Pour en apprendre plus sur l’organisation, la productivité et la concentration, rendez-vous sur eliaslrk.com.

 

Boris Rabilaud