IA aux beaux Art
IA aux beaux Art

Une équipe de chercheurs a affirmé avoir reproduit un Rembrandt Peinture Intelligente avec l’intelligence artificielle. Cette peinture intelligente pour les beaux-arts représente un grand atout. En effet, les œuvres d’art d’éminents peintres racontent pour la plupart une histoire, et sont considérées comme des objets de valeur.

Quand les objets d’art sont abîmés, le recours à la restauration d’œuvres d’art est important. Cette technique de restauration a été longtemps utilisée par des professionnels.

La reproduction d’une peinture de Rembrandt avec l’IA représente donc un grand pas dans le monde de la peinture. Lisez cet article pour découvrir la procédure employée par les chercheurs.

Qui est Rembrandt ?

Rembrandt est un peintre hollandais ayant vécu au XVIIe siècle. Il est reconnu à travers ces multiples œuvres d’art et la technique de peinture qu’il utilisait afin de représenter à la fois les tons sombres et lumineux sur un tableau. C’est l’une des œuvres d’art de cet éminent peintre qui a été reproduite par l’équipe de scientifiques.

Rembrandt Peinture Intelligente avec l’intelligence artificielle : comment ça marche ?

La peinture est avant tout un art d’imitation et c’est qu’ont compris les chercheurs d’ING et Microsoft. Au départ, leur idée était de créer un algorithme capable d’imiter la technique de peinture employée par l’éminent peintre. Visiblement, ils y sont arrivés, car la copie produite et le modèle initial se ressemblent comme deux gouttes d’eau, même la version reproduite est fausse. La réussite de cette prouesse a nécessité de nombreuses étapes de travail.

L’étude du sujet du tableau

Pour reproduire le faux tableau, les chercheurs ont avant tout étudié la physionomie du sujet. Pour y arriver, des tableaux du peintre ont été scannés et étudiés minutieusement pour identifier le sujet. Plusieurs paramètres ont été pris en compte :

  • L’âge ;
  • L’orientation de la tête ;
  • Le genre, etc.

L’étude des données statistiques recueillies à partir de ces paramètres permet de déterminer les traits de l’individu.

Recueil des informations sur le tableau

Pour recueillir les informations sur le tableau, l’équipe de chercheurs a employé un algorithme performant. Cet algorithme est capable de ressortir des points sur une peinture. Avec ces points, il était possible de réorienter le visage du sujet pour déterminer la distance moyenne entre les différentes parties du sujet sur le portrait (le nez ; les yeux ; la bouche ; les oreilles).

À partir de ces données statistiques, il a été possible de reproduire un modèle identique d’yeux, de nez, ou d’oreilles, en imitant la production du peintre. L’intégration de ces informations a permis d’obtenir une image en haute définition du sujet. 

Détermination des différents calques utilisés dans la peinture du tableau

La reconstitution d’un tableau ne prend pas en compte uniquement les différentes parties du sujet. Pour réussir correctement le Rembrandt Peinture Intelligente avec l’intelligence artificielle, il était aussi nécessaire d’identifier les différentes couches de peinture employées par l’auteur du tableau. Ces différentes couches de peinture ont été déterminées, toujours en utilisant l’algorithme.

Reconstitution par impression 3D du Rembrandt Peinture Intelligente avec l’intelligence artificielle

Pour reproduire le tableau, les différents calques de couleurs obtenus ont été ensuite imprimés en 3D sur 13 couches. On obtient ainsi un Rembrandt Peinture Intelligente avec l’intelligence artificielle étonnamment identique au modèle datant du XVIIe siècle.

Avantages de la Peinture intelligente avec l’intelligence artificielle

La peinture artificielle avec l’intelligence artificielle permet de reproduire une peinture absolument identique au modèle d’origine. Elle assure la reproduction de la peinture sans la perte des détails contenus sur ce dernier. De même, elle peut être utilisée pour la restauration de parties abîmées d’un tableau de valeur.

Elle a été par exemple utilisée pour reconstruire des détails auparavant perdus du The Night Watch, lors de son découpage au XIXe siècle.

Boris Rabilaud