Imad Lahoud : “Oui les Émirats arabes unis sont un bon spot pour entreprendre !”

Imad Lahoud est expatrié depuis bientôt 10 ans à Abou Dabi où il est directeur technique du groupe émirati Medad. Il nous révèle tous les attraits de son pays d’accueil.

La situation géographique des Émirats Arabes Unis (EAU), la stabilité politique et un climat propice aux affaires font de cet État fédéral du Moyen-Orient un lieu privilégié pour les investisseurs du monde entier.

Bien que le marché intérieur soit limité (10 millions d’habitants), les EAU sont la meilleure plateforme logistique, financière et commerciale pour s’ouvrir aux marchés régionaux.

Une économie solide et rassurante

Reposant sur les ressources provenant du pétrole et du gaz (30% du PIB des EAU), l’économie s’est largement diversifiée : la filière pétrole (pétrochimie), production d’aluminium, produits manufacturés, finance, immobilier. Cette diversification, choix politique assumé par les autorités, s’accompagne d’une série de mesures dont l’objet est d’attirer des investisseurs. Les taux d’imposition sont parmi les plus bas du monde. Par ailleurs, la monnaie des EUA, le dirham, est lié au dollar américain donnant ainsi un gage supplémentaire de stabilité.

Imad lahoud : Plus de 40 zones franches au service des initiatives commerciales

Les zones de libre-échange des EAU confèrent aux entreprises qui s’installent d’importants privilèges fiscaux : exemption d’impôt sur les sociétés, sur les revenus et surtout la possibilité de récupérer et rapatrier le capital investi, ainsi que les éventuels bénéfices ou les revenus d’une liquidation.

La réglementation de ces enclaves territoriales est simplifiée dans l’esprit d’une législation commerciale très souple : licences simples à obtenir, facilités pour l’importation et l’exportation.

Par ailleurs l’entrepreneur trouve un nombre considérable d’avantages annexes tel que, par exemple, le coût faible de l’électricité et du gaz, un débit internet très performant et une main d’œuvre étrangère bon marché.

Il n’y a pas de charge fiscale pour les dividendes distribués aux actionnaires (personnes juridiques ou physiques). Ces différents avantages sont à étudier au cas par cas, les normes pouvant varier d’une zone à une autre, Abu Dhabi et Dubaï étant les plus attractifs.

Hors des zones franches, un partenariat conjoint avec une entreprise locale est nécessaire.

Un cadre juridique et administratif en voie de simplification

Le cadre juridique de la Common Law (Droit anglais) profite aux entreprises habituées à évoluer dans cet environnement. L’anglais reste la langue commerciale la plus utilisée dans les EAU. Concernant le Droit commercial, l’Union Fédérale définit le cadre global qui est adapté ensuite par chaque Émirat. Le poids de la Charia islamique, qui régit le droit familial, est faible concernant les questions commerciales.

Les nouvelles technologies en pleine expansion

Dubaï est en passe de devenir l’une des villes les plus « intelligentes » et les plus connectées du monde. Un des secteurs qui a le vent en poupe est celui des nouvelles technologies, en particulier le stockage et la transmission de données ainsi que les thématiques liées à l’intelligence artificielle. Dubaï devient la capitale des blockchains avec plus de 20 cas d’utilisation dans 8 secteurs industriels, en partenariat avec IBM. L’installation croissante de sociétés dans des secteurs variés : hôtellerie, commerce, logistique, banque, implique la recherche de solutions informatiques toujours plus performantes. Dubaï abrite aujourd’hui plus de 1200 startups technologiques : (marketing, sécurité en ligne…). Le commerce en ligne ne demande qu’à se développer.

La santé est une priorité pour les EAU

Avec plus de 40 hôpitaux et des équipes de pointe, la santé est une priorité du gouvernement fédéral. Le secteur sanitaire s’est considérablement développé par la mise en marche d’importants projets hospitaliers visant à faire des EAU une référence mondiale dans le domaine. Cela a entraîné une forte augmentation des activités liées à la construction et gestion d’hôpitaux, les équipements médicaux ainsi que les produits pharmaceutiques.

Imad Lahoud : “Une des valeurs sûre : la construction”

Chaque année, de nouveaux quartiers fleurissent dans les Émirats. Les entreprises étrangères qui œuvrent dans l’architecture, les travaux publics, les machines et matériaux de construction sont en expansion malgré le ralentissement de l’immobilier ces dernières années.

L’alimentaire : Un besoin d’approvisionnement permanent

Mention à part doit être faite pour le secteur agroalimentaire. Les EAU sont des déserts peu propices à l’agriculture. Les entreprises étrangères d’exportation de fruits, légumes et viandes ont de belles opportunités commerciales.

Des villes reliées au monde

Il en est de même pour les spécialistes du transport et services, Dubaï, plus grand port de la région, étant une plaque tournante dans l’économie régionale (Moyen-Orient, Nord de l’Afrique, porte de l’Asie). Près de 7000 vols par semaine vers 260 destinations transitent par Dubaï, soit 125 compagnies aériennes présentes sur le sol des Émirats. Les droits de douane sont en moyenne de 5% sur tous les biens (sauf le tabac et les alcools, très fortement taxés).

Investir dans l’immobilier

20% des investisseurs immobiliers dans les EUA sont étrangers. Les principaux atouts sont là encore la faible imposition, mais également la fiabilité des infrastructures. Dubaï en particulier est l’un des dix marchés immobiliers de luxe qui a la plus forte croissance mondiale. Il s’agit donc, encore maintenant, d’une bonne option d’investissement. Plus de 150 nationalités sont représentées (Indiens, pakistanais, chinois, anglais), dont une partie non négligeable est constituée d’une clientèle d’affaires qui cherche à bien se loger. L’investisseur immobilier peut attendre des rendements locatifs compris entre 5 et 9% pour un prix d’achat au mètre carré inférieur à de nombreuses villes « globales ».

La crise de la COVID-19 a provoqué une forte baisse du marché. Depuis juin 2020, les perspectives sont positives en raison de la demande toujours forte et de la faiblesse du dollar.

Des niches pour budgets modestes

La France compte plus de 600 filiales soit près de 30 000 collaborateurs. Ces chiffres suggèrent que le conseil en entreprise est également une activité en pleine expansion. Il existe également une forte demande en services financiers : libres, comptabilité, audit. Un autre créneau existe concernant l’éducation (langues, numérique) au vu d’une population expatriée qui à Dubaï, représente plus de 80% de la population.

Des coutumes à connaître pour faire des affaires

Les questions d’habillement (plus conservatrices qu’en Europe), de relations sociales, de respect des temps religieux (prière, ramadan), les restrictions liées à l’alcool, le sens de l’hospitalité sont à maîtriser rapidement pour optimiser les relations d’affaires.

Pour en savoir plus Imad Lahoud

Boris Rabilaud

Dernieres Actualités

Articles connexes

Advertismentspot_img

Acutalités

Le pilotage de la performance : quel intérêt pour l’entreprise ?

L’évolution et la pérennité d’une firme reposent essentiellement sur sa capacité à se donner les moyens pour administrer son activité avec efficacité. Ainsi, une...

Frédérik BOBET un consultant qui vous explique tout sur le référencement en vidéo

Un consultant en référencement est une personne spécialisée dans l'optimisation des sites web pour une meilleure visibilité dans les moteurs de recherche. L'objectif d'un...

Comment fidéliser ses clients ou fournisseurs ?

D’après plusieurs experts du domaine, la fidélisation de clients déjà dans la base revient beaucoup moins chère que la prospection de nouveaux clients. Ainsi, fidéliser...

Les étapes clés pour organiser un séminaire avec les collaborateurs de l’entreprise

Le séminaire d’entreprise constitue un outil de management stratégique efficace. Il renforce notamment la cohésion d’équipe et la motivation des collaborateurs. Il s’agit également...

Découvrez qui a droit à la PSC (Protection Sociale Complémentaire) !

La PSC est une couverture supplémentaire apportée au régime général de la sécurité sociale. Depuis sa création, cette participation des employeurs à l’égard de...
Advertismentspot_img
error: Content is protected !!