La fabrique de formateurs : Organisme spécialisé dans l’accompagnement

Que ce soit par pur plaisir d’enrichir ses connaissances ou bien pour améliorer certaines compétences des employés d’une entreprise, il est recommandé d’opter pour une formation.

Suivre les enseignements théoriques et pratiques d’un formateur qualifié peut devenir une nécessité. C’est pour cela que la pratique s’est largement étendue aussi bien en ligne que physiquement.

De plus en plus de plateformes proposent de suivre telle ou telle formation parfois en seulement quelques jours : une bonne alternative au passage sur les bancs de la fac surtout en cas de reconversion professionnelle. 

Mais alors ceux qui forment, qui sont-ils ? Comment deviennent-ils formateurs ? Quelle est leur certification ? Tant d’interrogations qui vous taraudent sans doute si le domaine vous intéresse. Nous verrons que la formation de formateur peut impliquer plusieurs objectifs.

Comment devenir formateur ?

Pas nécessairement besoin d’un diplôme

Contrairement à certains a priori, la possibilité de devenir formateur n’implique pas nécessairement l’obtention d’un diplôme ou d’une activité professionnelle spécifique. Il existe certains domaines dans lesquels la sélection des formateurs est très encadrée, mais ce n’est pas toujours le cas. Voilà d’ailleurs ce que stipule le code du travail à ce sujet : 

Article L6352-1 (Modifié par LOI n°2009-1437 du 24 novembre 2009 – art. 49) 

 “Il n’est pas nécessaire de justifier d’une qualification professionnelle particulière pour devenir formateur ou ouvrir un organisme de formation professionnelle continue. Cependant, toute personne qui propose des prestations de formation professionnelle continue doit justifier des titres et qualités des personnels d’enseignement et d’encadrement qu’elle emploie, et de la relation entre ces titres et qualités et les prestations réalisées dans le champ de la formation professionnelle.”

Être animé par une passion ou avoir s’être longtemps frotté à un domaine particulier est un très bon atout. Néanmoins, cela ne vous permet pas obligatoirement de comprendre comment transmettre votre savoir.

C’est à cet instant qu’opter pour une formation spécifique peut être un point fort : le moyen de comprendre la bonne posture pédagogique à adopter ainsi que la façon de mettre en place son enseignement. Il ne s’agit pas de partir dans tous les sens mais bien de savoir rester méthodique. 

La possibilité d’une certification

Croyez-le ou non, une certification peut être le meilleur moyen pour vous faire gagner en crédibilité vis-à-vis de ceux que vous souhaitez former. Cela permettra d’ôter tous les doutes possibles sur les compétences que vous avez travaillées en matière d’enseignement : manière pour vous-même d’avoir confiance en vos capacités. 

Cela étant, vous avez les cartes en main pour choisir ce que vous jugerez être le mieux pour votre objectif personnel : 

  • Suivre une formation certifiante a pour but de valider toutes les compétences travaillées lors des enseignements que vous aurez suivis. À l’issue de l’apprentissage, vous recevrez une attestation de validation si vous avez réussi les tests et évaluations. Vous pouvez d’ailleurs faire financer ce type de formation par le CPF (compte personnel de formation). 
  • Suivre une formation non-certifiante est basé sur l’acquisition de tous types de notions pratiques. Vous y apprendrez l’utilisation d’outils concrets pour devenir apte à transmettre. Mais elle n’est pour le coup pas éligible au CPF, n’étant pas une formation certifiante.

Objectifs en termes de type d’enseignement ou bien de statut recherché, guidés par des sites comme www.doceo-formation.com : un organisme spécialisé dans l’accompagnement de formateurs. 

Les principaux statuts possibles

Suivre une formation afin de pouvoir enseigner à des apprenants dans un domaine précis peut déboucher sur plusieurs statuts. Chacun possède ses spécificités, avantages et inconvénients selon ce qui vous convient le mieux : 

  • Un formateur salarié (confère une stabilité sous contrat avec un organisme de formation ou un employeur. Mais les problématiques de gestion de masse salariale au sein des organismes le raréfient de plus en plus). 
  • Indépendant (doit être déclaré auprès de la Direction Générale du Travail. Il a la possibilité d’être en libéral, de créer une société et d’assurer lui-même ses responsabilités fiscales). 
  • Auto-entrepreneur (ne s’obtient qu’après une déclaration auprès du Centre de Formalités des Entreprises et de la Direction Générale du Travail. Confère le statut de micro-entrepreneur soumis à l’impôt sur le revenu pour les bénéfices). 
  • Vacataire occasionnel (dans le cas de la dispense de formation à faible fréquence sur une année, moins de 30 jours. Un travail à la mission sans l’obligation de signer un contrat salarial). 
  • Le portage salarial (procure un double-avantage salarié et indépendant tout en se dédouanant de contraintes administratives. Permet aussi d’avoir accès à l’assurance chômage à condition que le lien de subordination entreprise-formateur soit maintenu). 

À vous de faire le bon choix !

Boris Rabilaud

Dernieres Actualités

Articles connexes

Advertismentspot_img

Acutalités

Le pilotage de la performance : quel intérêt pour l’entreprise ?

L’évolution et la pérennité d’une firme reposent essentiellement sur sa capacité à se donner les moyens pour administrer son activité avec efficacité. Ainsi, une...

Frédérik BOBET un consultant qui vous explique tout sur le référencement en vidéo

Un consultant en référencement est une personne spécialisée dans l'optimisation des sites web pour une meilleure visibilité dans les moteurs de recherche. L'objectif d'un...

Comment fidéliser ses clients ou fournisseurs ?

D’après plusieurs experts du domaine, la fidélisation de clients déjà dans la base revient beaucoup moins chère que la prospection de nouveaux clients. Ainsi, fidéliser...

Les étapes clés pour organiser un séminaire avec les collaborateurs de l’entreprise

Le séminaire d’entreprise constitue un outil de management stratégique efficace. Il renforce notamment la cohésion d’équipe et la motivation des collaborateurs. Il s’agit également...

Découvrez qui a droit à la PSC (Protection Sociale Complémentaire) !

La PSC est une couverture supplémentaire apportée au régime général de la sécurité sociale. Depuis sa création, cette participation des employeurs à l’égard de...
Advertismentspot_img
error: Content is protected !!