Portage salarial : avantages et inconvénients
Portage salarial : avantages et inconvénients

Portage salarial : quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

De plus en plus de professionnels se tournent vers le portage salarial. Certains ne digérant pas la subordination sous laquelle maintient le statut de salariat et d’autres, recherchant la couverture sociale et certaines opportunités que n’offre pas le statut de travailleur indépendant.

Mais l’adoption d’un mode de travail requiert une parfaite connaissance des enjeux face auxquels il place le travailleur. C’est pourquoi dans cet article, on vous propose une clarification de la notion de portage salarial.

S’en suivront, ses avantages ainsi que ses inconvénients.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

À cheval entre le salariat et l’entrepreneuriat, le portage salarial est une récente forme d’emploi. Il consiste, pour un travailleur indépendant, à réaliser selon ses convenances des missions au profit d’une entreprise cliente tout en étant parrainé par une société de portage qui le rémunère et assume les différentes charges liées à ses prestations. Ce type d’emploi répond ainsi aux aspirations des travailleurs qui recherchent à la fois autonomie et protection.

Pour en savoir davantage sur la définition du portage salarial, vous pouvez suivre ce lien.

Quels sont les avantages du portage salarial ?

Le portage salarial permet à un travailleur indépendant de propulser l’évolution de son travail et de valoriser son image. En effet, l’expert qui adhère à ce mode de travail peut profiter des avantages de la société de portage pour se constituer une clientèle plus large et plus intéressante. De plus, il a la possibilité de se faire former et de maximiser ses compétences aux dépens de la société de portage. Il a à sa disposition le conseiller référent de l’entreprise du portage pour lui prodiguer les conseils dont il éprouve le besoin dans l’exécution de ses projets. En outre, le consultant a l’opportunité d’expérimenter ses nouvelles idées et d’engranger les bénéfices de leurs succès sans avoir à supporter leur coût contrairement à un entrepreneur indépendant.

De même, pour l’exécution de ses missions auprès des entreprises clientes, le salarié porté n’a pas à se soucier des exigences administratives, juridiques ou fiscales liées à son travail. Toutes lui sont prises en charge par la société qui le porte. Ainsi, le salarié porté se voit-il libéré des impôts ainsi que tous les autres frais que doivent lui coûter ses prestations. Tout ceci de sorte que le salarié porté puisse n’avoir comme souci que l’accomplissement des missions qui lui seront confiées.

Par ailleurs, le salarié porté jouit d’une totale autonomie dans l’accomplissement de son travail. Il traite lui-même directement avec l’entreprise cliente. Il négocie les tarifs et fixe en accord avec elle les modalités d’exécution de sa mission. Il dispose de toute sa liberté et dispose de son temps tel qu’il l’entend.  

De plus, le portage salarial offre au travailleur de nombreux avantages qu’offre en principe le régime salarié tout en le dispensant des contraintes de la subordination. En effet, la société de portage lui assure une couverture sociale au même titre qu’un salarié classique. À ce titre, il bénéficie de diverses assurances :

  • Une sécurité sociale
  • Une prévoyance retraite
  • Une indemnité chômage
  • Une assurance responsabilité civile et professionnelle

Toutefois, cette forme d’emploi a, comme tout autre, ses aspects qui ne sont pas très profitables pour le travailleur.

En savoir plus sur la définition du portage salarial

Quels sont les inconvénients du portage salarial ?

Aussi intéressant que puisse sembler le portage salarial, il présente également quelques inconvénients. Il est préférable de bien s’en informer avant de s’engager pour ne pas être surpris plus tard.

D’abord, le portage salarial offre tout autant que le salariat une indemnisation chômage. Mais cette assurance piétine un peu l’indépendance du travailleur. En effet pour espérer bénéficier des allocations de chômage, le travailleur doit être inscrit au Pôle emploi. Les liens de subordination entre lui et la société de portage devront donc être clairement établis.

Ensuite, il faut notifier les frais de gestion qui sont défalqués du chiffre d’affaires du salarié porté. Le portage salarial a un coût qui tourne autour de 10 % du chiffre d’affaires. En outre, le salarié porté est soumis à des cotisations sociales plus élevées que celles d’un travailleur indépendant qui cotise à la RSI.

Par ailleurs, le travailleur dans le statut du portage salarial est astreint à certaines obligations. Il ne doit pas réaliser un tarif journalier en dessous de 300 €. Aussi certaines entreprises de portage salarial exigent-elles des consultants des honoraires supérieurs à 1000 €. 

Enfin, il revient au travailleur de trouver lui-même ses clients. Ce qui peut s’avérer un peu éprouvant quand il se retrouve sur un marché où il est confronté à une concurrence entre consultants.

Boris Rabilaud